Canada 2021 : automne à l’Ouest, hiver à l’Est…

Le début du commencement….

Tout voyage a son histoire…et cette histoire commence parfois avant d’avoir mis le pied dans l’avion.

Début 2020, nous débordons d’enthousiasme et d’impatience. Notre roadtrip dans l’Ouest Américain est quasi bouclé. Nous partirons à 3 couples d’amis et avons tout organisé nous-même. Comme des Roadtrippers aguerris.

Tout s’annonce bien, tout est ficelé, les souhaits de chacun sont pris en compte. Il reste bien deux trois choses à finaliser, comme le choix de la villa à Las Vegas par exemple, mais rien d’insurmontable. Il ne reste plus qu’à attendre le 31 mai 2020….

Inutile de continuer….tout le monde aura compris que tout ça s’est dissous, évaporé dans la pandémie…Le 31 Mai 2020 aura été une belle journée, ensoleillée, avec une météo parfaite pour prendre l’avion….Notre projet de RT entre amis est abandonné car c’était la seule année où nos calendriers respectifs étaient compatibles.

Puis un jour le Covid se calme, l’espoir renaît. Comme tous ceux qui aiment voyager, nous allons surveiller toutes les annonces du Gouvernement Américain. Ils vont rouvrir les frontières…bientôt…très bientôt…Mais rien ne se passe. Joe B. est sur

Joe B. fera comme Donald T. et gardera son pays fermé.

Et nous, on fait comment pour avoir notre dose d’Amérique ? Notre dernier séjour à Brooklyn en sept 2019….ça commence à dater.

Il y a tant d’endroits à découvrir en Amérique, c’est tellement vaste. Tiens la côte Est par exemple, nous ne connaissons que NYC et Washington DC. Et un peu plus au nord, le Maine ou le Vermont ça doit être joli aussi en septembre. Ça doit ressembler au Québec que nous avions découvert à l’automne 2004…Et là ça fait tilt !

Le Canada, c’est aussi le continent nord-américain, et l’Ouest là-bas c’est aussi plein de grand espaces….

Et voilà comment d’une frustration est née un grand espoir….

Cependant, même si le Covid s’est calmé, avec ce satané virus on ne sait jamais. Nous ne voulons prendre aucun risque et avoir un interlocuteur unique pour simplifier les démarches de remboursement ou d’annulation, au cas où il faille tout arrêter . C’est le métier des agences de voyages alors faisons confiance « aux professionnels de la profession ». Notre choix se porte sur « Comptoir des Voyages » une agence en ligne mais qui a aussi des bureaux dans différentes villes.  Par le plus grand des hasards, il se  trouve que c’est avec cette agence qu’un de mes frères a fait un roadtrip familial en Floride. Tout avait été parfait.

Bon, je vous fais l’économie des divers échanges avec notre conseillère, très efficace et réactive, et j’en arrive à la conclusion.

Où et quand partons-nous ?

Où : Colombie Britannique et Alberta

Quand : du 08 au 28 septembre 2021 (soit 20 jours)

PCR = Pourvu que le Canada Rouvre…

Nous sommes à J-2 et tout est prêt pour s’envoler vers une destination dont les frontières sont encore fermées…

Si on résume les formalités administratives, il faut :

  • Avoir un passeport valide (ben oui…)
  • Avoir une Autorisation de voyage Electronique (c’est l’ESTA canadien)
  • S’enregistrer sur l’application ArriveCAn où on nous demande, entre autres, quel est notre plan de quarantaine si besoin
  • Avoir un schéma vaccinal complet avec des vaccins reconnus par le gouvernement canadien. Une double injection de poudre de perlimpinpin ne suffit pas…
  • Un test PCR négatif de moins de 72 heures

Nous partons le mercredi 08/09. Nous faisons notre test le matin du lundi 06/09. Brigitte, mon épouse, reçoit son résultat (négatif) vers 23h. Elle peut s’endormir sereinement…Le mien n’arrive pas…Impossible de dormir…L’attente me semble interminable, je passe des heures à faire des refresh sur ma messagerie….Et c’est quand, je suis sur le point de me dire que tout est perdu…que le sésame arrive. Ouf ! Négatif aussi…nous partirons bien tous les deux.

Enfin, si Justin Trudeau le 1er Ministre Canadien rouvre ses frontières….Franchement, on n’est pas trop inquiet car les annonces gouvernementales de la semaine dernière ont confirmé le calendrier. Il sera bien respecté.

Donc le mardi 07/09 au soir, direction l’hôtel Best Western de Roissy, car nous préférons dormir la veille pas loin de CDG plutôt que partir aux aurores le jour même et faire les 80 kms qui nous séparent de l’aéroport. Par le passé, nous avons un peu tout testé…les transports en commun, le taxi, l’appel à un ami…Finalement depuis quelques années, nous avons opté pour le « voiture perso + parking à l’aéroport ». C’est pas le moins cher, mais tout compte fait c’est le plus pratique et le plus confortable. Et à ça évite la déprime du retour quand vous passez quasi directement de l’avion au RER B…

Mercredi 08/09….ça y est, tous les feux sont au vert. Nous partons. Notre vol Air France pour Vancouver est à 10h50 mais nous avons prévu large et arrivons suffisamment tôt pour changer des dollars canadiens, déposer les bagages et prendre notre petit déjeuner.

Ça y est l’embarquement commence….nous piaffions d’impatience (moi surtout) car pour la première fois, nous sommes en classe Business.

Bon je l’avoue, j’ai succombé au péché de « gourmandise » et fait péter la tire-lire (raisonnablement quand même) pour ce voyage.  Notre voyage de 2020 a été une illusion, mais heureusement les économies faites pendant tout ce temps sans pouvoir partir étaient bien réelles. Voici pourquoi notre budget canadien était très correct.

On décolle, c’est parti pour 9h30 de vol confortable….c’est le moins qu’on puisse dire…

1 carnet, 3 séjours : Manhattan & Brooklyn

Episode 1 : Septembre 2017, découverte de Manhattan

Le début de l’histoire…

Courant septembre, nous recevons une alerte du gouvernement américain : nos ESTA vont arriver à échéance dans quelques jours. OK, nous n’avons pas de projet de nouveau voyage aux USA donc il n’y a pas de quoi ‘s’affoler.

Mais comme il vaut mieux être prévoyant, nous décidons de procéder à leur renouvèlement, on ne sait jamais…Mais vous savez comment ça se passe sur Internet. On surfe, on clique, on reclique et hop, on se retrouve avec une réservation pour un séjour d’une semaine à New-York ! Nous allons découvrir Big Apple pour la première fois du 25 au 30 septembre 2017.

Jour 0 : vol à vue mais rien a voir…

Nous partons d’Orly plus proche de notre domicile que CDG. Le vol AF032 étant à 14h20, nous serons à l’aéroport largement en avance sans stress particulier puisque nous avons décidé de laisser notre voiture une semaine au parking. Il nous en coutera 75€ mais c’est plus simple et moins cher que des aller-retour en transport en commun ou en taxi.

NYC_001

Rien de particulier sur ce vol avec Air France : départ à l’heure, service impeccable, arrivée à l’heure. C’est juste qu’à part les films, on ne peut pas dire que le paysage soit enthousiasmant. Ce n’est pas comme sur un CDG – SF où on peut toujours  espérer apercevoir l’Islande ou le Groenland.

Notre B777 nous emmènera sans encombre à notre destination : JFK .

NYC_003NYC_002

Bien que sans correspondance, nous aimerions éviter les longues files d’attente à l’immigration. Vu la taille de JFK, nous ne sommes pas très optimistes. Bonne surprise : ceux déjà venus aux US peuvent passer directement aux guichets  automatiques. En moins de 15’, nous traversons la “frontière”  et récupérons nos  bagages  peu après.

Pour rejoindre notre hôtel, situé à Manhattan, nous avons opté pour un service de navette partagée : GO AIRLINK. C’est un bon compromis entre le métro peu onéreux mais  galère avec les valises et le taxi bien plus cher. Grosso modo, la navette nous reviendra à 72€, pour le transfert aéroport – hôtel A/R.

Enfin ! Nous y sommes ! Les bouchons, les tunnels bloqués, les itinéraires bis avec un chauffeur qui s’assoupit à chaque feu rouge. La frénésie de New-York et la verticalité de Manhattan nous happe !

Et quand nous apercevons pour la première fois l’Empire State Building, nous sommes presque étonnés que King-Kong ne soit pas son sommet.

Il est 19h30 quand nous arrivons à notre hôtel : le Holiday Inn Express – Chelsea (232W 29Th Street).

Pour le diner, nous nous contenterons d’une salade et de quelques fruits achetés à la supérette du coin. Fourbus mais heureux !

Jour 1 : La Liberté et l’Amérique se méritent…

Le réveil a été matinal : 7h15 nous quittons l’hôtel ! Ce n’est pas une surprise, le décalage horaire joue son rôle : permettre des activités qui commencent tôt.

Nous avons rendez-vous avec une vieille dame qui n’est pas notre Tour Eiffel mais son ainée de 12 ans  : la statue de la Liberté construite en 1886  ! Elles ont d’ailleurs un lien de parenté puisque Gustave qui a donné son nom à la tour parisienne a participé à la conception de son armature  métallique.

Afin d’éviter la foule, nous avons opté pour un départ en ferry à 9h depuis le Liberty State Park et non pas Battery Park au bout de Manhattan. Mais pour arriver au Liberty State, il faut traverser l’Hudson River. Nous le ferons depuis Brookfield Place.

Pour être honnête, nous n’avons pas tout compris des horaires et des couleurs de bateau qui permettent cette traversée. Le timing sera super serré pour rejoindre le bateau de Statue Cruises qui nous emmènera à bon port. Un sacré sprint pour y arriver !

Ouf ! Nous montons à bord et voguons le cœur léger vers Miss Liberty. L’arrêt à Ellis Island ne nous concerne pas encore donc nous attendons sagement que le bateau reparte…

Elle est là…Elle approche…Elle nous accueille…Elle en impose…

Plutôt que de rester dans le parc qui jouxte la statue, nous avons préféré prendre le billet qui donne accès au piédestal car le point de vue sur Manhattan est exceptionnel.

Nous profitons pleinement de l’instant : nous sommes aux pieds d’un des symboles de l’Amérique. Un symbole de beaucoup d’espoirs pour de nombreux immigrants . D’espoirs mais aussi de désillusions..

Ellis Island est là pour en témoigner.

Pour la visiter, il suffit de reprendre un ferry qui s’y arrête. L’audio guide est indispensable pour s’immerger complètement dans ce lieu historique.

Dans le hall immense, on imagine sans peine l’animation qui devait y régner. A travers les expositions, on partage l’angoisse vécue par tous ces gens à la poursuite du Rêve Américain.

Un trait de plume administratif pouvait effacer des années d’économie pour trouver une vie meilleure.

De quoi relativiser la petite angoisse que l’on a parfois au moment de passer l’immigration lorsqu’on arrive  à JFK Airport.

Le ferry de retour nous offrira un point de vue imprenable sur la pointe de Manhattan.

NYC-J1_012Après un petit crochet gastronomique au 5 Napkin Burger, il est temps de découvrir Times Square by Night.

NYC-J1_013

Comment dire…Pour nous qui connaissons Las Vegas, nous retrouvons l’ambiance du Strip au milieu des gratte-ciel : du bruit, du monde, des néons.

Impensable de ne pas y aller quand on est à Manhattan.

Jour 2 : Symboles historiques…Ground Zero, Brooklyn Bridge, Wall Street

Après un petit déjeuner à l’hôtel, pris tranquillement sans se presser, c’est en métro que nous partons visiter Ground Zero et le Memorial du 11 Septembre.

NYC-J2_01NYC-J2_02

Nous sommes contemporains de cet évènement et nous nous rappelons aisément du moment où nous avons appris ce qui se passait à Manhattan.

Les  deux bassins qui marquent l’emplacement des Twin Towers sont comme le lieu impose qu’ils soient : sombres et sobres.

NYC-013-Gzero.jpg

Le musée est un témoignage fort de ce qui est arrivé ce matin-là. Instructive et poignante, la visite du Memorial est peut-être réservée à un public conscient de ce qu’il va découvrir. Tout est  encore si proche dans les mémoires et Big Apple est marquée à jamais par la tragédie.

Quant à la Freedom Tower, encore plus haute, plus imposante que les tours jumelles, chacun y verra ce qu’il aura envie d’y voir :  résilience d’une ville ou arrogance d’un pays.

NYC-J2_03

A l’inverse de beaucoup d’endroits à Manhattan, c’est l’espace qui domine ici. Le vide laissé par le WTC permet aux autres buildings « d’exister ».

NYC-J2_04NYC-J2_06

Nous poursuivons notre journée par un peu de marche. Mais à l’échelle américaine le « un peu » devient vite « beaucoup ».

Quelle est notre destination ?

Le Brooklyn Bridge ! NYC-J2_20Nous y sommes et nous entreprenons sa traversée. Nous comprenons rapidement que la piste est cyclable est vraiment réservée aux vélos. Quel plaisir de parcourir les 1825 mètres à l’aller et tout autant au retour, forcément.

NYC-J2_21NYC-J2_22NYC-J2_23NYC-J2_24

Mais pourquoi à chaque voyage aux USA jubile-t-on autant en se répétant sans cesse :  » non, mais t’imagines, on est sur le Bkyn Bridge, on est dans le film ! » Vous pouvez remplacer Bkyn Bridge par ce que vous voulez -Times Square,  Golden Gate Bridge, Hollywood, Las Vegas – c’est toujours pareil.

Et pour finir cette journée, direction Wall Street où nous ne penserons même pas à aller saluer le fameux taureau.

En revanche, juste à côté de NYSE, nous découvrirons le Federal Hall et sa kyrielle de bannières étoilées où George Washington, premier président américain prêta serment.

Jour 3 : Verdure (beaucoup) et culture (un peu)

Ce qui est vraiment cool lorsqu’on visite une ville à pied ou en transport en commun, c’est que la contrainte de la voiture n’existe pas. On ne vit pas dans l’angoisse des embouteillages à éviter ou des places de parking à trouver. Et encore moins des amendes distribuées par la police locale.NYC-J3_002

Avant de raconter ce 3ème jour, petite parenthèse sur le métro de New York. Les lignes sont nombreuses et Manhattan est bien desservi. Le truc bizarre, c’est la petitesse de certaines stations avec un quai riquiqui. Sans compter que si vous n’êtes pas du bon côté, il faut ressortir, traverser la rue et prendre l’autre entrée…Vraiment étrange…

Comme il fait grand beau temps, nous ne boudons pas notre plaisir en déambulant un peu dans les rues.

NYC-J3_009NYC-J3_007

Avant de trouver le Flatiron Building.

NYC-J3_003 (2)

Encore un incontournable de NYC. Mine de rien, à plus de 100 ans (construit en 1900-1902) il a toujours belle allure.NYC-J3_005

De rue en rue, de métro en métro nous nous retrouvons à Central Park.

On s’est longtemps interrogé sur la taille du parc. Difficile de s’en rendre compte. Sauf si vous prenez la mauvaise station de métro et que vous devez tout contourner pour trouver l’entrée qui vous intéresse.

NYC-J3_017NYC-J3_012NYC-J3_013 (2)NYC-J3_011

 

C’est vert, c’est grand, y’a des tortues, pas trop de monde car nous sommes un jeudi.

NYC-J3_015

Petit pique-nique quasi improvisé, rien de spécial, juste la coolitude des vacances.

Pas de tour complet du réservoir où les joggeurs tournent presque tous dans le même sens. Il doit y avoir une règle implicite…

NYC-J3_019NYC-J3_020

Après la verdure…la culture !

La soirée est consacrée à Broadway. Comédie musicale « Cats », un des plus grands succès de l’histoire des musicals. Le show impeccable à l’américaine. Chanteurs, danseurs, costumes, lumières et le tout en live. C’est top.

Jour 4 : Parfois, il faut savoir prendre de la hauteur…

Soyons un peu franchouillard…L’objet de notre première visite du matin aurait été inspiré par quelque chose bien de chez nous. La Coulée Verte de Paris. Tant mieux si c’est vrai, aucune importance si c’est faux. La High Mile Line est une ligne de chemin de fer aérien reconvertie en zone piétonne et fleurie. C’est très agréable de parcourir ce « sentier ».

NYC-J4_008

Nous ne l’avons pas fait en intégralité puisqu’elle passe à proximité de Cushman Row, où nous avons prévu de découvrir les maisons typiques de ce quartier : les Brownstones. Bien alignées les unes à côté des autres avec chacune leur escalier. On les connait par cœur à force de les voir dans non séries préférées.

Quelques-unes sont  à vendre…on peut imaginer que le prix est en million(s) de dollar…

Un peu plus tard dans la matinée, nous découvrons Grand Central Terminal. Drôle d’idée de visiter une gare. Est-ce que les touristes américains à Paris viennent admirer la Gare Montparnasse ?

NYC-J4_012

Le grand hall est splendide avec son plafond tout bleu. NYC-J4_013

La légende raconte que grâce au quadrillage sur le sol les voyageurs ne se percutent jamais en arpentant cette salle des pas perdu. Ce qui n’est pas une légende, c’est l’horaire réel de départ des trains : toujours deux minutes après l’horaire officiel affiché sur les panneaux. Ceci pour permettre aux voyageurs de ne pas rater leur TER local.

NYC-J4_015NYC-J4_014

En sortant de Grand Central, nous chercherons en vain le Chrysler Building. Jusqu’à ce que nous levions les yeux.

NYC-J4_019

Un petit détour par le bâtiment de l’ONU, juste pour dire que nous l’avons vu.

Ensuite, flânerie presqu’au hasard. Petite pause thé au Starbuck du Rockfeller Plaza. L’objectif principal est d’être au Top of The Rock à 18h30.

Nous avons avons réservé notre ascenseur pour admirer Manhattan au coucher du soleil.

NYC-J4_022NYC-J4_025

Nous découvrons la ville qui s’illumine. C’est beau, c’est grand, c’est Big Apple !

NYC-J4_026

Pour finir cette journée à 14.4 kms parcourus (selon notre smartphone, beaucoup plus selon nos orteils), nouveau diner au 5Napkin de Broadway.

Jour 5 : Carte blanche pour nos cartes bleues..

Dernier matin à NYC. Ce soir nous repartons. Peu d’activité au programme mais quelques emplettes : du Levis, du T-Shirt, des souvenirs. Rien que du superflu indispensable.

De la Côte Est, nous ne connaissions que Washington. Inexplicablement, nous n’avions jamais « osé » New York. Du bruit, de la lumière (encore qu’avec les gratte-ciel, l’ombre est partout), du monde. Quel choc…mais quel plaisir !

En décollant de JFK, à la nuit tombante, au sommet de l’Empire State Building, il nous a semblé apercevoir une silhouette familière nous souhaitant un bon voyage…

 

NYC-J4_022

 

Episode 2 : Février 2018, retour à Manhattan.

Le début de l’histoire…

Certains matins, on n’est pas vraiment réveillé au moment du petit-déjeuner. Alors que je pensais étaler de la confiture sur ma tartine, je me retrouve à tremper ma carte de crédit sur le site de Voyages Privés. Bon, mon épouse m’avait montré juste avant un mail alléchant qui proposait un cours séjour pour un prix dérisoire : 500€/pers pour 5 jours !

Et voilà comment nous sommes repartis à New York en plein mois de février.

Jour (-1) & 0 : neige à perte de vue

Notre vol avec Wow Airlines (qui a fait faillite depuis) n’est pas direct. Nous devons transiter par l’Islande. La France est sous la neige alors afin de ne pas avoir de mauvaise surprise le jour du départ, nous optons pour une nuit d’hôtel la veille à proximité de Roissy.

Le lendemain, il neige encore et pas qu’un peu…

Le dégivrage  des avions à Roissy prend un temps fou. Et c’est avec trois heures de retard sur l’horaire prévu que nous décollons pour Keflavik; l’aéroport principal de l’Islande.

NYC-2018_J0_01

Les paysages vus d’avion en arrivant donnent vraiment envie de visiter le pays. Une autre fois peut-être. Mais là; il s’agit juste de faire une courte halte et de repartir.

Sauf que l’Islande est le hub majeur de Wow Air vers les USA. 

NYC-2018_J0_07

 

Il faut donc que tous les avions en provenance de diverses villes d’Europe arrivent afin de garantir les correspondances. Donc quasi au même moment, Amsterdam, Londres ou d’autes encore déboulent dans le terminal. Il faudra encore compter quelques minutes de retard avant de redécoller.

Cette fois nous arrivons à Newark, plus petit que JFK. Ce n’est pas pour cela que nous passons l’immigration plus vite : pas de guichet automatique.

Comme lors de notre premier séjour, nous utiliserons les services de goairlink shuttle pour rejoindre notre hôtel à Manhattan.

Et qui était là pour nous accueillir….

NYC-2018_J0_06

 

Jour 1 : Manhattan Skyline en gris et gris…

Le beau temps est en vacances…il fait gris, il pleut…un temps à déprimer quand on part au boulot. Nous laissons ces sentiments maussade aux autres…autant dire que la météo ne va pas entamer notre enthousiasme pour une courte escapade à Brooklyn.

Nous arpentons Brooklyn Heights, cette promenade qui fait face à Manhattan. La fameuse Skyline est là. Même sous un ciel gris, le point de vue est spectaculaire.

NYC-2018_J1_006

Nous sommes le samedi matin et il y a peu de monde.

NYC-2018_J1_004

Nous nous approprions l’endroit sans le moindre scrupule. Quelques pas d’un banc à l’autre et à chaque fois nous admirons le point de vue, nous nous régalons.

NYC-2018_J1_01

Pour la pause casse-croute, nous choissions le Shack-Shack Burger, situé au 1 Old Fulton St. il offre un point de vue fantastique sur le Brooklyn Bridge. Un peu comme admirer la Tour Eiffel depuis le Mc Do du coin.

En guise de digestif, nous allons visiter la Kings County Distillery (au 299 Sands St). New York est historiquement une ville qui produisait du whisky. Bon, avec la prohibition (grosso modo de 1920 à 1933), il n’y en avait plus beaucoup pour ne pas dire plus du tout. Celle-ci a ouvert en 201. Même si nous ne sommes pas de grands amateurs de whisky, c’est amusant de faire 3 dégustations selon les étapes de fabrication.

Le plus surprenant est peut-être la petitesse du lieu qui fait penser à un alambic géant.

C’est toujours sous la pluie que nous finissons la journée en découvrant les brownstownes typiques du quartier de Park Slope. Cela nous rappelle notre séjour de septembre à Manhattan où nous avions hésité à en acheter une.

Jour 2: Avoir foi en la météo…

Claude François chantait le lundi au soleil. Comme nous sommes le dimanche, est-ce si étonnant que des trombes d’eau s’abattent sur Manhattan ?

NYC-2018_J2_02

Nous traversons un Times Square déserté en cette heure matinale. Bien différent des jours et soirs de semaine où la foule est si dense…C’est probablement le meilleur moment pour le visiter.

NYC-2018_J2_03NYC-2018_J2_04

De toutes façons pas d’activités en extérieur prévues.Nous allons assister à une messe gospel à la Times Square Church, située 237 West 51st Street, dans l’ancien théâtre Mark Hellinger.

NYC-2018_J2_13

L’entrée à la messe est gratuite et les touristes comme nous sont placés en haut afin de pouvoir partir avant la fin de l’office s’ils le souhaitent. La salle est très belle et fait penser à nos théâtres parisiens.

NYC-2018_J2_12

Le  chœur est composé d’une centaine de chanteurs et l’orchestre assure. Les paroles des chansons s’affichent sur un écran géant donnant à la cérémonie un air de karaoké.

La ferveur et la foi des participants contribuent à une atmosphère joyeuse et chaleureuse.

Nous pensions partir après les chants, mais finalement nous resterons écouter le sermon du pasteur. Ce fut l’occasion de réviser …notre anglais car son accent était fort compréhensible. Pour le contenu, à chacun se forgera une idée selon ses convictions.

Quand nous ressortons, nos manteaux gardés sur nos genoux ne sont toujours pas secs. Vu qu’il pleut toujours, au moins on ne sera pas plus mouillés. Juste autant.

L’après-midi sera consacrée à la visite du MoMa.

NYC-2018_J2_001

Un magnifique musée aux œuvres multiples. Certaines sont célèbres, d’autres moins.

Y’a du Van Gogh, du Warhol, de l’impressionnisme et plein d’autres choses…

Nous nous sommes limités au 4ème niveau et il faudra prévoir une nouvelle visite. Nous seront obligés de revenir à NYC.

Jour 3 : à quoi bon plier bagage ?

Est-ce que cela devient une tradition ? Toujours est-il qu’une nouvelle fois la dernière matinée est consacrée à quelques emplettes.

Nous commençons par acheter une belle pile…de Pancakes.

NYC-2018_J3_005

Le petit-déjeuner de l’hôtel est inclus dans le tarif, mais pour ce « dernier premier repas » nous optons pour un restaurant pas trop loin.
C’est aussi ce qui fait le charme de l’Amérique, ces « diners » où le personnel s’active sans cesse pour prendre les commandes, resservir le café, placer les clients, etc…

Ensuite, un petit crochet par la boutique Levi’s, une visite chez Adidas et il est temps de se préparer à partir.

Nous récupérons à l’hôtel nos valises et attendons notre navette pour Newark.

Le trajet est moins long que pour JFK, mais nous profitons de chaque instant pour admirer les rues et les quartiers. Encore une fois, le charme des vacances fait son oeuvre. Même en traversant des lieux sans intérêt, on est tout gaga de se dire « on était à NYC ».

Une fois arrivé à l’aéroport, nous trouvons qu’il règne dans notre Terminal comme une atmosphère de désordre généralisé.

Et pourquoi donc ? La météo est exécrable sur l’Europe et plus particulièrement l’Islande où nous transitons. Zéro vol la veille en provenance ou à destination de cette île pour cause de tempête de neige.
Autant dire les compagnies essaient de rattraper leur retard.

 

Finalement, le retard ne sera pas trop important et nous admirerons quelques aurores boréales pendant le vol. Un spectacle magnifique.
Un truc quand même nous chiffonne…Le retard va nous obliger à une correspondance au pas de charge, nous espérons que nous aurons notre avion vers CDG.

A peine arrivé, on saute dans un bus qui ne prend même pas la peine de nous déposer dans le terminal, on reste sur le Tarmac tout gelé en plein vent. Il est 5h du mat’ et tout est blanc partout…

On ré-embarque illico et nous voilà reparti. Probablement la correspondance la plus speed que nous ayons vécu.

Malheureusement, nos bagages n’ont pas fait preuve de la même rapidité.
Rien à la livraison, il nous faut ouvrir un dossier de perte et attendre, attendre…
Au bout d’une semaine, elles seront livrées !

 

Episode 3 Sept 19: Y’a pas que Manhattan à New York !

C’est la fin de l’été, tout le monde ou presque est  rentré de vacances. C’est donc la période parfaite pour réfléchir à une destination de voyage…

Chicago nous tente bien mais même fin septembre les vols sont un peu chers. Les hôtels aussi…On hésite, on réfléchit et finalement on prend des billets pour New York !

Air France fait une promo avec des vols à moins de 300€. Impossible de résister.

Mais cette fois nous allons volontairement délaisser Manhattan pour découvrir un autre quartier de Big Apple. Brooklyn nous voilà !

Nous connaissons tellement bien le trajet entre Orly et JFK que l’on demanderait presque au Commandant de Bord de nous laisser sa place. C’est simple, il suffit de suivre le B747  de Lufthansa qui nous précède et de virer à droite quand on arrive à Coney Island..

Brooklyn_2019_J0-001Brooklyn_2019_J0-002Brooklyn_2019_J0-003

RAS durant le vol et passage à l’immigration qui aurait pu être rapide si un Airbus d’Aéroflot n’avait pas eu la mauvaise idée d’arriver en même temps que nous. Les kiosques automatiques sont en partie pris d’assaut par des Russes ne parlant ou ne lisant pas l’anglais…Bon, ne nous plaignons pas…En moins d’une heure, nous sommes assis dans le Uber commandé juste en sortant du Terminal.

En route pour  Brooklyn. Embouteillages classiques d’une fin de journée/semaine/mois (au choix). Mais Manhattan Skyline au coucher de soleil, ça fait toujours de l’effet. Il faudra une bonne heure pour rejoindre notre hôtel, le Sheraton Brooklyn.

Halte rapide, et on ressort pour diner. Règle du roadtripper pour la 1ère journée, ne jamais s’arrêter trop longtemps…sinon on ne repart plus. Notre cantine du soir sera le fameux Junior’s au 386 Flatbush Avenue (il y d’autres adresses à NYC). Son Cheesecake a une renommée mondiale mais nous nous contenterons de salades : une Cobb et une Ceasar.

Vivement demain, c’est samedi et c’est jour de marché.

Jour 1, samedi 28/09 : Y’a pas que Central Park à New York…

Comme nous nous concentrons sur Brooklyn, il est inévitable de faire un tour à Prospect Park.

Depuis notre hôtel, en un gros quart d’heure de métro, nous y sommes. Arrivés par la Grand Army Plaza qui nous fait penser à notre place de l’Étoile Parisienne, nous découvrons un petit frère du Flatiron Building.

Brooklyn_2019_J1-02Brooklyn_2019_J1-19

A l’entrée du parc, un sympathique marché fait la part belle aux produits bios ou locaux.

C’est peut-être un peu bobo mais l’atmosphère y est sympathique.

Prospect Park n’est pas un énorme rectangle comme Central Park mais c’est un écrin de verdure très agréable avec son lac tout biscornu. Il fait un temps magnifique, il y a beaucoup de famille, des bande de potes, des clubs de sports ou encore des touristes mais moins qu’à Central Park.

Nous y passons un long moment, découvrant les multiples endroits qui le composent, sympathisant avec les volatiles autochtones.

Nous avions dans l’idée de visiter le Botanic Garden mais c’est la « Fête du Piment » (Chile Pepper Festival en VO) et le tarif d’entrée est vraiment trop épicé pour notre porte-monnaie : 30$  par personne !

En quittant le parc, nous redécouvrons le quartier de Slope Park que nous avions arpenté sous la pluie lors de notre séjour de février 2018. Avec le soleil, c’est bien mieux. Étonnant, non ?

Brooklyn_2019_J1-11Brooklyn_2019_J1-10Brooklyn_2019_J1-09Brooklyn_2019_J1-12

Nous finirons notre journée par une boisson fraiche depuis le Rooftop du Wholes Food Market. Au loin Manhattan nous appelle…nous faisons la sourde oreille.

Jour 2, dimanche 29/09 : Y’a pas que le profil pour Miss Liberty à New York

Avez-vous remarqué que la plupart du temps lorsque vous regardez la Statue de la Liberté depuis Manhattan elle est de profil ? On sait que pour les photos, c’est mieux d’être de trois quart. Mais quelle coquetterie pour cette vénérable Lady.

Et bien aujourd’hui sans aucune hésitation, nous allons lui faire face.

Pour cela, il faut se rendre au bout de Brooklyn bien après les Brooklyn Heights, au Louis Valentino Junior Park. Un peu de bus et de marche. Et au bout d’un ponton….nous sommes face à la Statue de la Liberté qui regarde vers la France son pays d’origine.

BKY_2019001 (2)

BKY_2019009 (2)

L’image est inédite et de la voir sous cette angle renforce le sentiment  qu’elle est là pour accueillir les voyageurs qui arrivaient autrefois en bateau.

BKY_2019008

Pas très loin, il y a le Fairway Market, un gros supermarché bobo-écolo au rez-de-chaussée d’un ancien entrepôt.

BKY_2019007BKY_2019004BKY_2019005

Comme l’écrit notre Routard adoré, une excellente adresse pour faire les emplettes du pique-nique improvisé sur un banc au soleil.

Dans une longue promenade digestive nous remontons tranquillement jusqu’au Pier 6 à Brooklyn Heights.  Un vieux voilier fait office de  bar et notre timing est parfait, c’est l’heure de l’apéro. Déguster sa bière en fin de journée, face à Manhattan, c’est plutôt pas mal, non ?

BKY_2019002BKY_2019006BKY_2019010BKY_2019011

Jour 3, dimanche 30/09 : Y’a pas que le ferry pour voir Manhattan à New York

Faire quelques emplettes, c’est toujours un passage quasi obligé lorsque nous sommes en voyage aux USA. Nous commençons notre journée par un peu de marche en traversant le Manhattan Bridge pour rejoindre Manhattan.

Il faut reconnaitre que cette traversée est moins agréable que celle du Brooklyn Bridge car le passage des métros au milieu du pont en plus d’une voie routière rend tout cela bien bruyant.

En revanche, rien à dire sur la vue qu’il offre sur le Brooklyn Bridge et la Skyline !

Au bout des 2090 mètres, nous arrivons directement dans Chinatown.

Sans nous y attarder, nous prenons le métro pour se rendre dans un des magasins Levi’s de Manhattan car il ne faut pas perdre de vue l’objectif du matin : renouveler le stock (modeste) de 501.

Après nos achats, nous prenons la direction du ferry proche de Wall Street afin de revenir à Brooklyn. Nous ratons de peu celui qui vient de partir et nous devons donc attendre le prochain départ. Et d’un seul coup nous sommes pris d’un syndrome que nous n’avions plus ressenti depuis notre visite du Grand Canyon en 2010…

Le syndrome de l’hélico ! C’est une envie irrépressible de découvrir les lieux d’en haut ! En 2010, c’est au moment des dernières photos juste avant de quitter le Grand Canyon qu’un hélicoptère passant en dessus de nos têtes nous avait fait faire demi-tour pour embarquer dans un vol inoubliable.

Et là, pareil ! A force de les voir depuis l’héliport juste à côté…Et voilà comment d’un ferry, nous nous sommes retrouvés pour 15′ de survol de Manhattan.

Une expérience aussi spectaculaire que le Grand Canyon presque 10 ans auparavant.

Et ensuite, retour à Brooklyn via le ferry. Heureusement que nous avons dû l’attendre…



JOUR 4, LUNDI 01/10 : Y’a pas que les quais de l’Hudson pour profiter de l’eau à New York

Le métro de New York est une véritable institution. Mis en service en 1904, il plus jeune de 4 ans de notre métro parisien qui, lui, fut inauguré en 1900. Le métro de New York fait complètement partie des choses à visiter. Et pour mieux connaitre son histoire, il suffit de descendre dans la station située au 99 Schermerhorn Street Brooklyn qui abrite le New York Transit Museum.

Comme cette ancienne station est à 2 blocs de notre hôtel pas besoin de prendre le métro (quel paradoxe). En moins de 10 minutes nous nous retrouvons sur son quai à passer de rame en rame. Chacune, avec ses sièges et ses pubs est le reflet de son époque.

Vraiment une visite très instructive.

Et pour prolonger notre instant « métro » nous irons finir la journée au bout de la ligne F…à la plage de Coney Island. Le Luna Park, les hotdogs de chez Nathan’s et les planches qui rappellent la plage de Deauville.

Coney Island

Nous sommes en début de semaine mais on peut imaginer aisément la foule des « Brooklyners » le week-end. Nous prolongerons ces instants jusqu’au coucher du soleil…


JOUR 5, MERCREDI 02/10 : Y’a pas que des visites à faire à Brooklyn

C’est le jour du retour chez nous. Les activités seront donc limitées à l’essentiel : vérifier la place qui reste dans les bagages avant un dernier tour de shopping.

Nous resterons raisonnables avec quelques indispensables comme des baskets de marque, à prix américains, c’est à dire moins cher qu’en France, et des souvenirs pour la famille.

Uber, notre chauffeur attitré pour ce séjour, nous conduira à JFK en traversant les quartiers de Brooklyn. Environ une heure de trajet car comme toujours à New-York la circulation est dense.

Vol Air France, avec toujours un petit verre de champagne en guise d’apéritif…

Nous rentrons chez nous, nous défaisons les valises et nous sommes déjà impatients de repartir. ça tombe bien notre prochain roadtrip, avec des amis, est prévu en juin 2020.

Enfin, c’est ce que la planète entière croyait avant que le Covid ne s’en mêle.

Quel bilan faire de nos 3 séjours new-yorkais ?

Le 1er a été celui de la découverte, et on peut presque s’étonner qu’il nous a fallu attendre plusieurs voyages aux US pour y aller.

Le 2ème, un peu imprévu, a permis de voir la ville en plein hiver et sous la pluie, ce qui ne correspond pas aux images de carte postale habituelle.

Le 3ème a élargi notre horizon au-delà de Manhattan. On se rend compte ainsi de la diversité de Big Apple qui n’est pas qu’une presqu’île remplie de gratte-ciel.

Quoi qu’il en soit, à votre 1er ou à votre énième séjour américain, New-York vous étonnera et, c’est quasi certain, vous séduira.

Symphonie sur la Cinquième

Lorsqu’on pense aux Etats-Unis, deux symboles plus forts que les autres viennent spontanément à l’esprit  : Hollywood et New-York.

NYC-000NYC-001

Pour ce qui est de la Californie, après plusieurs voyages  le livre des souvenirs est quasiment complet.

Pour ce qui est de New-York, la page était blanche : nous n’y étions jamais allés.

L’Ouest Américain est horizontal, avec ces grands espaces à perte de vue.

New-York et encore plus Manhattan,  est vertical. Les gratte-ciels portent bien leurs nom tant ils donnent l’impression de se perdre dans la voute céleste.  Sûr que les plus hauts doivent chatouiller les pieds des Anges.

Les étendues de l’Ouest Américain sont calmes et silencieuses.

Les rues et avenue de Big Apple sont une symphonie de bruit et de klaxons. Sur la 5ème comme sur les autres.

NYC_001

Commencer la visite de New-York par la Statue de la Liberté et Ellis Island, c’est refaire un peu le périple des immigrants qui débarquaient les bagages pleins de souvenirs d’une vie qu’ils quittaient.

NYC-002

Est-ce que l’espoir prenait la place dans leurs valises une fois descendus du bateau ?

Miss Liberty est une honorable vieille dame qui en impose encore.

NYC-003NYC-005NYC-006-liberty

Les constructions récentes de Manhattan ne réussiront pas à la démoder !NYC-004

La visite d’Ellis Island procure un tout autre sentiment.

NYC-007-EllisNYC-009

Dans le hall immense, on imagine sans peine l’animation qui devait y régner. A travers les expositions, on partage l’angoisse vécue par tous ces gens à la poursuite du Rêve Américain. NYC-008-ellis

Un trait de plume administratif pouvait effacer des années d’économie pour trouver une vie meilleure.

De quoi relativiser la petite angoisse que l’on a parfois au moment de passer l’immigration lorsqu’on arrive  à JFK Airport.

Ellis Island, fermé  en 1954, c’est de l’histoire ancienne.

Le Mémorial du 11 Septembre, c’est notre présent.

NYC-013-Gzero

Nous sommes contemporains de cet évènement et nous nous rappelons aisément du moment où nous avons appris ce qui se passait à Manhattan.

Les  deux bassins qui marquent l’emplacement des Twin Towers sont comme le lieu impose qu’ils soient : sombres et sobres. Le musée est un témoignage fort de ce qui est arrivé ce matin-là.

NYC-012-Gzero

Quant à la Freedom Tower, encore plus haute, plus imposante que les tours jumelles, chacun y verra ce qu’il aura envie d’y voir :  résilience d’une ville ou arrogance d’un pays.

NYC-010-Gzero

A  Manhattan, la verdure est une denrée rare.  C’est pour cela qu’il y a Central Park.

NYC-014-CentralPKNYC-015-CentralPK

Avec quelques curiosités comme le bien nommé “Turtle Pond”, Etang aux Tortues, où les cousines des Tortues Ninja se prélassent tranquillement.

NYC-016-CentralPK

NYC-018-CentralPK

NYC-017-CentralPK

Pour s’éviter un torticolis persistant à force de contempler New-York du bas, le meilleur remède est d’aller admirer la ville d’en haut.

NYC-023-BuildgNYC-022-BuildgNYC-021-BuildgNYC-020-Buildg

Au sommet du Top of the Rock, la vue est imprenable.

NYC-033-TopRockNYC-030-TopRock

A la nuit tombée, les lumières s’allument et l’étendue de cette agglomération apparait comme une évidence :  Manhattan, n’est qu’une partie de la Grosse Pomme.

NYC-031-TopRock

NYC-032-TopRock

NYC-034-TopRock

Nous y sommes resté que six jours et avons pris plaisir à découvrir “pour de vrai” les incontournables comme Times Square, Grand Central ou encore la 5ème Avenue et tout ces lieux mythiques.

Mais il nous faudra revenir, nous n’avons croqué qu’un petit bout de Big Apple !

Espace partagé

noel

Le vieil homme, perché là-haut sur un nuage, observait le monde et la planète Terre. Il avait renoncé à s’inquiéter pour Elle. Les catastrophes climatiques annoncées se produisaient régulièrement et le réchauffement global ne devait pas  y être étranger.

noel1

Quelques années auparavant,  il avait fait de son mieux pour alerter l’opinion :  sans grand succès. Il avait donc décider  de se concentrer sur sa tâche, sur l’œuvre de toute une vie : s’assurer que les  cadeaux demandés seraient bien livrés à la bonne adresse, dans la bonne cheminée, le bon chausson et à la bonne heure.

Après tout si l’Humanité refusait d’assurer la survie de sa  propre espèce, ce n’est pas lui qui pourrait le faire tout seul.

Chaque année, le Père Noël devait relever un défi : sur son traineau, se frayer un chemin dans l’espace toujours plus encombré de satellites, stations spatiales et autres débris divers qui gravitaient au-dessus de nos têtes.

espace1

Ne nous  méprenons pas. Bien qu’adepte d’un moyen de transport très ancien et très rudimentaire, le Père Noël n’était pas hostile au progrès. Au contraire, les multiples inventions de l’Humanité lui donnaient d’infinies possibilités de cadeaux.

Espace2

Mais quand même.

Espace6

Autrefois, il lui suffisait d’indiquer une seule fois le chemin à ses rennes pour que la tournée s’organise.

Maintenant, il lui fallait bien étudier le parcours avant de s’élancer. Si un nouveau satellite avait été lancé dans l’année, c’était mieux d’être au courant pour éviter une collision fatale à la diffusion des programmes télés ou à l’envoi de SMS le 24 au soir.

Espace9-ciel

Le plus gros inconvénient n’était pas tant les nouveaux satellites que les anciens. Hors d’usage mais pas hors de l’Espace. Un paquet de vieux trucs trainaient autour de la Terre.

perenoel

Le Père Noël relu la liste des cadeaux qui lui avaient été demandés. En cette période de Fêtes il avait toujours un exemplaire sur lui.  Mais nulle part, il n’y avait une demande pour un “dépollueur de stratosphère”. Tant pis. Peut-être l’année prochaine.

“Il es temps de rentrer” lui dit la Mère Noël ….car comment imaginer que ce Grand Homme pouvait mener à bien sa Grande Œuvre sans qu’une épouse, forcément exceptionnelle, ne soit à ses côtés….

pere-merenoel

Very Good Trip : une semaine à Las Vegas (nov 2015)

Introduction :

Après avoir évoqué l’idée de retourner passer une semaine de congés à Las Vegas, nous avons essentiellement entendu de nos proches ou amis: « Encore » ou « Y’a quoi à faire pendant une semaine à Las Vegas  » ?

C’est vrai qu’on pourrait se poser la question d’un séjour d’une semaine dans une ville qui n’a que des casinos à proposer….sauf si on prend la peine d’aller voir un peu au-delà du Strip (au propre comme au figuré…)

Dimanche 8 novembre 2015 :

Réveil matinal car notre avion est à 9h10 à Roissy et comme il faut y être trois heures avant…

Heureusement que nous avions choisi de passer la nuit à l’hôtel Ibis CDG, ce qui présentait plusieurs avantages à nos yeux :

  1. se lever à une heure raisonnable : nous habitons à 1h de voiture de l’aéroport.
  2. avoir le sentiment que le voyage commence un jour plus tôt : on quitte son « chez soi » à j-1.
  3. se souvenir du zoo de Washington visité en mars dernier, même si l’ibis et le flamand rose ne sont pas exactement les mêmes !

vegas2015-001

Notre vol United à destination de San Francisco est à l’heure. Seule particularité : en partant à cette période de l’année, on est à la limite du jour et de la nuit pendant une grande partie du trajet. Nous verrons quand même le Groenland…

Vegas2015-002Vegas2015-003

Pour le reste : films à la demande et « pasta or chicken » pour essayer de tromper le temps et parfois l’ennui des 12h de vol !

Comme toujours, le passage de l’immigration semble interminable. Nous avons deux heures pour attraper notre correspondance vers Vegas. Ça risque de coincer….

Heureusement, avec l’aide d’un employé de l’aéroport, nous pouvons utiliser les bornes automatiques du système APC (Automated Passport Control). Gain de temps indéniable.

Nous poursuivons tranquillement notre parcours vers Sin City même si la journée commence à être longue.

Nous nous moquons même gentiment de touristes asiatiques qui s’effondrent de sommeil dès le décollage !

Vegas2015-004Vegas2015-005

Nous profitons de la lumière de fin de journée pour admirer les paysages des alentours lors de l’approche finale.

Vegas2015-007

Toujours ravis d’apercevoir le Strip et de s’amuser à énumérer les casinos dont on reconnait facilement les silhouettes : Luxor, Excalibur, Bellagio et autres Strastosphere..

Après avoir fait connaissance avec notre voiture et au bout de 22h de voyage, nous arrivons enfin à notre hôtel : le Vdara.

Vegas2015-008

Surprise, le coucher de soleil est à 17 heures !

Le temps de défaire les valises et il fera nuit noire…

Vegas2015-009

Lundi 9 novembre :

Pour mieux digérer le décalage horaire, nous avons prévu une journée cool sans trop d’activités.

Le réveil est forcément plus tôt que prévu, nous sommes encore calé sur le fuseau horaire de Paris.

En prenant la direction de l’Outlet Sud, il est évident que nous prenons la pose devant le célèbre « Welcome to Las Vegas » et remercions les compatriotes québécoises de Céline Dion qui ont eu la gentillesse de faire la photo..

Vegas2015-007

En 2011, nous nous y étions arrêtés en tenue de mariés, pour la postérité, après la cérémonie dans notre wedding chapel.

Dès 9h, nous faisons l’ouverture et sans dévaliser la boutique Levi’s, nos cartes de crédit y laissent quand même un bon souvenir…

Nous irons découvrir l’Outlet North, histoire de savoir de quoi on parle lorsqu’il faudra conseiller les roadtrippers sur ce qui est le mieux : nord ou sud ?

Casse-croute léger dans notre chambre avant une petite virée à pied sur le Strip jusqu’au Caesars’ Palace.

Nous passons devant le Bellagio au moment du spectacle des fontaines. Alors, forcément on prend le temps de le regarder. Toujours aussi élégant et raffiné avec un choix musical parfait.

Vegas2015-012

Nous nous rendons compte assez rapidement que ce n’est pas la période de grande affluence à Las Vegas : on arrive à arpenter le Las Vegas Boulevard sans être bousculé ! Gros changement par rapport à nos visites précédentes faites en septembre.

Vegas2015-013

Comme chacun sait, une des conséquences de la marche (et ici on marche toujours beaucoup), c’est qu’on finit avec l’estomac dans les talons.

Raison de plus pour diner au buffet du Planet Hollywood qui a un excellent rapport qualité-prix (environ 25$ par personne).

C’est toujours un étonnement de voir à quel point les Américains ont de l’appétit dans ces « all you can eat » : est-ce que les pinces de crabe sont si chères pour s’en servir des montagnes ?

Et ce n’est malheureusement jamais une surprise de voir le gaspillage de nourriture…

Pour finir la journée, une petite marche digestive pour rentrer à l’hôtel sera la bienvenue.

Mardi 10 novembre

Nous profitons du panorama offert par les larges baies vitrées de notre chambre. Quand on dit “offert”, c’est une image. Nous sommes à Vegas et  tout a un prix. Cette année encore, nous avons privilégié la “Moutain View” à la “Strip View”.

Même si c’est agréable de voir toutes les lumières du Las Vegas Boulevard, on s’y habitue assez vite. Alors qu’admirer les lumières du matin ou du soir sur les montagnes, selon que le temps est beau ou orageux, on ne s’en lasse jamais.

C’est normal, Dame Nature aura toujours une longueur d’avance sur l’être humain qui ne fait que copier (même avec talent) !

Vegas2015-010

Le temps est frais et les sommets sont emmitouflés dans une écharpe de nuages…qui, une fois partis, laisseront un manteau tout blanc.

Vegas2015-011

Quelques courses au Wallmart du coin. Il y a toujours un “walmart du coin” quelque part dans les grandes villes américaines…

Nous nous rendons ensuite au musée de la Pègre – the Mob Museum.

Vegas2015-014

Situé dans l’ancien tribunal, il retrace toute l’histoire des gangsters des USA. Pas uniquement ceux de Vegas mais vraiment l’ensemble du pays.

Vegas2015-016Vegas2015-017Dollars !

Malgré l’absence d’audio guide en français et en dépit du nombre  de panneaux à lire, on arrive quand même à se faire une idée de ce qu’était l’industrie du crime et des millions qu’elle brassait (comme aurait dit Mr Budweiser).

Si vous avez entendu parler du Massacre de la Saint-Valentin, vous pourrez découvrir le véritable mur où les membres du clan Moran furent abattus par des tueurs probablement à la solde d’Al Capone.

Vegas2015-018

Une visite très instructive où nous croiserons quelques visages familiers déjà aperçu lors de notre découverte d’Alcatraz lors d’un voyage précédent à San Francisco….Al Capone étant le plus célèbre d’entre eux…

Mercredi 11 novembre

Aux Etats-Unis aussi ce jour est férié. Mais ce n’est pas uniquement l’armistice de 1918 qui est célébré. La Nation rend hommage à tous ses anciens combattants. C’est pour cela que nous croiserons beaucoup de soldats d’une époque pas si lointaine : le Vietnam.

L’image du Mémorial de Washington nous reviendra à  l’esprit…

Nous désirons nous éloigner un peu de la ville et avons décidé de revisiter la partie de la Vallée du Feu que nous ne connaissons par encore.

Au bout d’une heure de route, nous sommes au Visitor Center de ce State Park. Notre objectif est clair :  trouver la Fire Wave.

10-Vegas201511-Vegas2015

Comme il ne nous est pas possible de participer au tirage au sort pour la “vraie” wave de Coyote Buttes North située en Arizona, nous nous contentons de celle de la vallée du Feu.

12-Vegas201513-Vegas201514-Vegas201515-Vegas2015

Nous profiterons un long moment du lieu, quasiment seul puisqu’ en ce jour de Veterans Day il n’y a pas beaucoup de monde.

Nous poursuivons notre exploration du parc en partant sur le chemin des éléphants.

15-1-vegas_201515-2-vegas_2015

Ou plutôt d’un éléphant. Celui du bien nommé “Elephant Rock”.

15-3-vegas_2015

Comme nous avions déjà eu l’occasion de visiter une partie du parc lors d’un précédent séjour, nous nous sommes limités à découvrir ce que nous n’avions pas encore vu.

Pour le retour vers Las Vegas, nous empruntons la route 167 qui passe à proximité du Lac Mead. Ce n’est pas le trajet le plus direct, mais elle est bien plus agréable que l’I15 avec tous ses camions…

16-1-vegas_2015

Notre petite halte rapide à la Marina de Callville Bay confirmera deux choses : que l’assèchement du lac avec le niveau d’eau en baisse est  bien réel et que la saison touristique au mois de novembre n’est pas celle du mois d’août.

Jeudi 12 novembre

 

Ce jeudi sera le jour de la découverte de paysages vraiment inédits.

Pour mémoire, il n’est pas inutile de rappeler que Las Vegas est  grosso modo situé en plein milieu du désert.

Pourtant à mois d’une heure de route du Strip, vous pouvez vous retrouver en plein milieu de la montagne avec des sommets enneigés !

Vegas_2015_030

Pour cela, il faut aller au mont Charlerston.

Vegas_2015_031Vegas_2015_032

Nous faisons une petite randonnée d’une heure et demi sur le versant ensoleillé. Les pieds dans la neige. Quelle surprise pour nous !

Vegas_2015_033

Nous profitons ensuite du point de vue sur la vallée depuis le Desert View Overlook.

Vegas_2015_034

Au retour vers Las Vegas, nous traversons une longue route toute droite bordée de Joshua Tree.

Vegas_2015_036Vegas_2015_035

Comme quoi, il n’y en a pas que dans le parc du même nom, situé près de Palms Spring.

Le retour sur Vegas en fin de journée nous permettra d’apprécier les couleurs du soleil couchant se reflétant sur les casinos du Strip.

Vegas_2015_037

Vendredi 13 novembre

Notre dernière journée s’annonce sous le signe de la coolitude.

Rien de particulier jusqu’au soir, nous prévoyons juste de déambuler sur le Strip en faisant quelques photos.

Afin de profiter des belles lumières du matin, nous sommes avant 8h dans le monorail qui part du Vdara et va en direction du Mandala Bay. Il n’y a pas grand monde et c’est parfait.

28-Vegas201526-vegas201532-Vegas201524-Vegas2015

Le week-end à Vegas est toujours synonyme de forte affluence…même si c’est devenu depuis fort longtemps une destination familiale.

33-Vegas201525-Vegas201523-Vegas2015

En début d’après-midi, nous décidons de faire un break à notre hôtel avant de ressortir un peu plus tard.

Machinalement, nous allumons la télé et en zappant sur CNN, nous voyons un journaliste en direct de Paris…le panneau “Breaking News” et le déroulé en bas de l’écran nous intrigue puis nous glace d’effroi  :  Terrorist Attack.

Nous comprenons que quelque chose de très grave se passe à Paris et via notre tablette nous suivons les évènements sur les chaines d’information françaises.

Sur CNN, nous entendrons Obama avant notre président. Lorsque  Hollande déclare la fermeture des frontières alors que notre retour est prévu demain, c’est un peu la panique.

Nous n’avons aucune idée de ce que nous devons faire et le Consulat de France à Los Angeles, contacté par téléphone, en sait encore moins que nous.

De toutes façons, comme nous ne pouvons rien faire pour le moment, nous ne changeons pas notre programme de la soirée : le concert de Céline Dion au Caesars’ Palace.

Lors de notre visite de 2013, c’est Elton John qui tenait l’affiche mais cette fois Céline est de retour dans son théâtre.

Musicalement, nous sommes plus fan d’Elton que de Céline mais nous avions décidé d’aller la voir parce qu’une star de cette stature, qui plus est dans la salle construite pour elle, mérite le détour.

Et nous n’avons pas été déçus.  C’est un show fabuleux : lumière, musiciens,  choristes. Tout est au niveau de la vedette.

36-Vegas2015

Pour ce qui est des photos, bien évidemment elles sont interdites. Sauf, apparemment, pour les fans installés aux 1ers rangs qui eux ne manqueront pas de faire des selfies avec Céline !

31-Vegas2015

Céline Dion aura un mot chaleureux pour la France au moment de monter sur scène. Quelques “Merci” fuseront du public.

Après avoir diner au Tequila  Taqueria, un sympathique Tex’Mex situé au Bally’s, nous regagnons notre hôtel et suivons la triste actualité sur les chaines d’info françaises.

Impossible de savoir si les frontières sont fermées ou ouvertes…

Samedi 14 novembre

Good Bye Begas

Nous n’avons pas le choix, il faut rentrer à Paris. Notre vol via Chicago est maintenu.

Nous quittons l’aéroport de Las Vegas sous un soleil radieux.

 

 

Nous survolerons des paysages qui nous sommes familiers ; c’est quand même notre 5ème voyage dans l’Ouest.  Mais nous ne lassons jamais de le redécouvrir.

45-vegas201544-vegas2015

Après environ 4h de vol, c’est au soleil couchant que nous arrivons à Chicago, ville célèbre pour ses gangsters au moment de la prohibition mais aussi parce qu’Obama y a fait ces premières armes politiques.

46-vegas2015

En attendant d’embarquer pour Paris, nous discutons avec un jeune couple d’Américains qui part en voyage de Noces en Europe. La situation les inquiète un peu, nous essayons de les rassurer et leur souhaitons un bon séjour.

42-vegas2015

Notre vol est au 3/4 vide et nous ne manqueront pas de places. Il est probable que beaucoup ont annulé leur voyage en France. Nous apprendrons plus tard qu’American Airlines n’avait fait partir aucun avion à destination de Paris ce soir-là.

A la porte de l’avion, nous aurons droit à un dernier contrôle de passeport avec  des chiens renifleurs…

Au bout d’un vol tranquille nous retrouvons notre pays,  la France.

Nous savons que notre Very Good Trip va s’effacer devant la réalité de la tragédie que Paris et tout le pays vient de vivre.  Nos souvenirs nous aideront à reprendre le travail…

Tout passe, tout lasse….sauf Vegas !

Les plus anciens d’entre nous se rappellent peut-être de ce fameux slogan publicitaire : “Tout passe, tout lasse sauf les glaces » !”.

0--Vegas201501-Vegas2015

On peut l’adapter à Sin City, également autre surnom de Las Vegas.

04-Vegas2015

Même après plusieurs séjours, on y retourne avec plaisir. Nul besoin pour cela d’être un accro aux tables de poker, de roulette, black-jack, craps et toutes sortes de jeu d’argent.

30-Vegas201502-Vegas2015

Dès lors que l’on sait que les casinos sont toujours gagnants, même lorsqu’ils nous laissent croire le contraire, on reste raisonnable et on évite de perdre plus que le budget qu’il faut se fixer avant de commencer à jouer.

05-Vegas2015

Après, comme on dit parfois pour les impôts :  à chacun selon ses moyens.

06-Vegas201507-Vegas2015

Il est vain d’essayer de convaincre  ceux qui détestent Las Vegas de son attrait. Pour eux, y passer plus de 24h est le maximum.

Cette ville est à l’image de son fameux boulevard, The Strip. Mauvais goût et raffinement se succèdent, exubérance et sobriété sont comme les deux faces d’une même pièce (de un dollar par exemple), gastronomie et junk-food pourraient être servis lors du même repas !

08-Vegas201509-Vegas2015

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, on peut même faire ses courses dans un supermarché entièrement dédié au bio et aux produits estampillés développement durable : Whole Food Markets. Cette chaine est bien implantée en Amérique du Nord et au Royaume-Uni. Ne soyons pas dupes pour autant, la philanthropie de cette enseigne est toute relative car elle est cotée au Nasdaq, la Bourse américaine. Ne s’agirait-il pas plutôt de “philan-profit” ?

La seule chose dont on est sûr, pour l’avoir testé, le rayon ‘”traiteurs et plats cuisinés” est de très bonne qualité !

Est-ce que cette ville et sa région ne serait pas une sorte de condensé des Etats-Unis, qui malgré tous leurs excès restent un pays de tolérance ? Il suffit de voir la diversité des populations qui déambulent sur le Strip : toutes origines, toutes croyances, tous niveaux sociaux, tous styles de vêtements…

En s’éloignant un peu on retrouve les magnifiques paysages qui ont fait la renommée de l’Ouest.

Au nord-est, la Vallée du Feu a même sa “mini wave”. Moins connue que celle de Coyotte Buttes North, elle a l’énorme avantage d’être accessible sans tirage au sort.

10-Vegas201511-Vegas2015

12-Vegas2015

13-Vegas2015

15-Vegas2015

De l’autre côté (pour ce qui maitrise les points cardinaux, ça veut dire au nord-ouest), il y a une montagne qui ressemble aux Alpes. On peut même avoir de la neige !

16-Vegas2015

C’est le Mont Charleston et pour aller à son sommet, il faudra gravir  ses 3632 mètres.

17-Vegas201518-Vegas2015

Un bon bol d’air frais avant de retourner respirer l’air conditionné des casinos, il n’y a que ça de vrai !

Tout le monde s’accorde à dire que Las Vegas est un désastre écologique car située au milieu du désert, la ville surconsomme de l’eau et le tri sélectif ne saute pas aux yeux !

21-Vegas201520-Vegas2015

Malgré tout la prise de conscience existe puisque la ville fait des efforts pour limiter le gaspillage : gestion de l’eau à Vegas.

Le dicton est bien connu : “ce qui se passe à Vegas, reste à Vegas”.

23-Vegas201524-Vegas201525-Vegas2015

Mais il faut bien de temps en temps raconter ce qu’on y fait pour mieux essayer d’expliquer pourquoi “tout passe, tout lasse…sauf Vegas !”

22-1-Vegas2015

Retour sur le Tour

Le Tour de France 2015 vient de s’achever sur les Champs-Élysées.

Du premier, Chris Froome, au dernier classé, Sylvain Chavanel, tous ont mérité les applaudissements du publics dont nous étions…

Voici quelques images de cette belle et humide journée Soleil !

Cliquez sur les photos pour mieux les visualiser…

©B&C – tous droits réservés

 

Au bas mot, quelle baraque !

Parfois, rien qu’à la lecture d’une adresse, on sait de quoi on parle.

10, Downing Street est immanquablement associé à la résidence du Prime Minister Britannique, même si on n’habite pas de l’autre coté de la Manche.

10dwstreet

Parfois, on a un doute mais avec quelques minutes de réflexion, on trouve le locataire des lieux. Ainsi, pour le 55, rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris, on a vite fait de penser au Palais de l’Elysée.

55fbg

Mais franchement, le 1600, Pennsylvania Avenue NW, ça ne nous parle pas beaucoup, à nous autres Français.

wdc-001-1

Le quartier est sécurisé et les patrouilles de police sont nombreuses, quel que soit leur mode de locomotion.

Wdc-001Wdc-002

wdc-004wdc-003

Mais si on précise que c’est à Washington D.C. On comprend mieux.

wdc-090-1

1600, Pennsylvania Avenue NW, c’est l’adresse de la Maison Blanche.

wdc-006

Lorsqu’on découvre cet édifice, on le trouve plutôt imposant. On se dit que pour résider dans cette maison, en plus d’être habité par la fonction, il est nécessaire d’avoir une certaine stature si on veut bien remplir le Bureau Ovale.

wdc-007

Mais Washington, c’est aussi beaucoup d’autres sites rendus mythiques par la Grande Histoire, apprise dans nos livres d’écoliers. Ou bien la petite histoire ; celle racontée dans nos séries ou nos films préférés.

Il y le Capitol et son dôme aussi blanc que la maison présidentielle.

wdc-008

Manque de chance, lors de notre séjour,en pleine réfection, seuls les échafaudages étaient visibles. Débutés fin 2014, ces travaux devraient s’étendre  jusqu’à l’hiver 2015.

Malgré cela les visites restent accessibles à l’intérieur de l’édifice et il est très impressionnant de se retrouver sous ce dôme imposant : 87m de haut et 29m de diamètre.

wdc-009

wdc-010

Bon, en France nous avons le dôme des Invalides, de diamètre plus modeste bien que culminant à 107m. Le notre est couvert d’or.

On trouve également à l’intérieur diverses statues de personnalités historiques qui ont marqué l’Amérique. Rosa Parks par exemple.

wdc-011

A croire que l’Amérique aime nous copier, puisqu’il y a aussi un obélisque. Mais celui-là est vraiment aux dimensions du pays : gigantesque. Au moins sept fois plus grand que le  notre qui ne fait que 23m.

wdc-015wdc-014

Il est même possible de monter au sommet de ses 169m. Il faut juste avoir de la patience et réserver  assez longtemps à l’avance.

Certains ont trouvé un moyen d’attendre tout en admirant l’édifice, pendant que d’autres les observaient…

wdc-016wdc-017

Puisque l’on évoque le gigantisme des USA, il est un homme qui a accompli une œuvre de géant pour les citoyens américains : Abraham Lincoln.

La façade de son Mémorial a été rendu célèbre car Martin Luther King y fit son célèbre discours “I Have A Dream”  le 28 août 1963.

wdc-018

wdc-019

Président pendant la Guerre de Sécession (Civil War in english), il est perçu comme un véritable héros car il a réussi à sauver l’Union alors qu’elle était menacée de disparaitre.

wdc-020

La grandeur du Président se retrouve dans la taille de sa statue au Lincoln Memorial. Du haut de ses 5m, Abraham Lincoln ne nous toise pas, il nous salue, il nous observe et nous témoigne de sa grandeur d’âme.

wdc-021

wdc-022

A Washington, l’histoire du pays est omniprésente : les mémoriaux ne manquent pas.

Celui de la Seconde Guerre Mondiale.

wdc-023wdc-025wdc-0024

Ou encore de la Guerre de Corée avec ses soldats “pétrifiés”.

wdc-027wdc-026

Certains rappellent des faits plus récents comme le Vietnam Veterans Memorial.

wdc-030

Un vaste mur noir où figurent les noms de toutes les victimes américaines.

wdc-031

wdc-032

Les nombreuses lettres, petits mots ou bouquets qui y sont déposés témoignent de cicatrices parfois encore à fleur de peau.

wdc-033wdc-035wdc-036

Autre témoignage de l’Histoire Américaine, le cimetière d’Arlington.

wdc-041

Contrairement au cimetière américain de Colleville sur Mer en Normandie où reposent des soldats de la Seconde Guerre Mondiale, Arlington est “vivant” si l’on ose dire pour un tel lieu.

wdc-044wdc-048

Les visiteurs croisent respectueusement les familles qui viennent dire un dernier adieu à leurs proches.

La relève de la garde sur la Tombe du Soldat Inconnu attire son lot de touristes. Cette cérémonie a lieu toutes  les heures et on perçoit la solennité de l’évènement ainsi que la fierté des soldats, tous volontaires,  qui font partie de la Garde.

wdc-045wdc-042

wdc-047

Ils sont membres du  3rd U.S. Infantry Regiment, le plus ancien régiment encore en service. Il a été créé en 1784.

wdc-040

Le Président J.F.  Kennedy y repose avec son épouse Jacky et deux de leurs enfants. Ses frères Bobby et Ted Kennedy ne sont pas loin.

wdc-043wdc-046

Mais à D.C, il y a aussi les musées, dont l’accès est gratuit pour la plupart, ce qui fait toujours plaisir au visiteur.

Le National Air and Space Museum n’est pas qu’un voyage dans le Ciel et l’Espace mais aussi dans le Temps : les avions les plus modernes côtoient les improbables coucous qui ont ouvert la voie, pas encore lactée, aux missions Apollo ou Soyouz…

wdc-050

wdc-057

wdc-056wdc-056-1

wdc-054wdc-053-1

Lorsqu’on observe toutes ces modules spatiaux, on se rend compte rapidement de deux choses :  leur vécu et leur taille.

wdc-058

Les peintures sont usées, les matériaux ont subi le retour dans l’atmosphère.

wdc-052

L’exiguïté (un mot savant pour dire “tout riquiqui”) des capsules renforce l’admiration pour ces explorateurs modernes. Spatiaux mais pas pour autant spacieux.

wdc-051

wdc-052-1

Christophe Colomb, parti découvrir de nouveaux territoires, était probablement aussi courageux que les premiers astronautes mais il avait sans nul doute beaucoup plus de place sur son bateau.

wdc-055wdc-053

Washington est une capitale alors forcément les bâtiments administratifs y sont nombreux. Les plus récents n’ont aucun charme, gros immeubles carrés. Cela prend un temps infini pour les contourner.

wdc-060

wdc-063

Bon, il y a bien sûr ça et là quelques complexes d’affaires, dont l’un fut rendu célèbre dans les années 70 : le Watergate. Sans ce scandale qui fit chuter le Président Nixon qui s’y arrêterait aujourd’hui ?

wdc-070wdc-071

Mais comme les buildings restent de taille modeste, la loi interdisant la construction de gratte-ciels, on peut trouver de jolies petites maisons en divers endroits.

wdc-080wdc-081

Le quartier de Georgetown, connu pour son université, n’en manque pas.

wdc-090

wdc-093wdc-092

Au bord du Potomac, le charme de l’endroit est indéniable. C’est probablement pourquoi Anne Sinclair y avait acheté une petite maison lorsque DSK était président du F.M.I.

wdc-095

wdc-094

Arrêtons-là notre chronique immobilière car Washington a beaucoup plus à offrir.

Toutefois, on n’imagine ce qu’a dû s’exclamer, en voyant ce qui allait être sa demeure pour les futures années, le Président Barack Obama : Au bas mot, quelle baraque !

Obsolescence déprogrammée

Le vieil artisan avait beaucoup hésité. Depuis le temps qu’il travaillait avec ses vieux outils, il se demandait s’il n’allait pas passer à quelque chose de plus moderne.

conte_003

Un GPS denier cri, voilà un truc qui servirait pour ses tournées. Même s’il connaissait son vaste territoire par cœur, parfois il avait un peu douté sur le chemin à emprunter pour livrer ses commandes.

conte_004

Un téléphone portable quadri, quintuple ou même octuple bande (il ne savait pas trop combien il y en avait), voilà voilà un truc qui servirait pour ses tournées.

Même si son sens de l’organisation lui avait évité bien souvent de rappeler le bureau pour se faire confirmer tel ou tel changement de dernière minute dans une commande.

Une tablette PC, voilà voilà un truc qui servirait pour ses tournées. Il aurait tout à portée de main et ne s’encombrerait plus des tonnes de dossiers clients qu’il devait emporter avec lui lors des ses tournées.Conte_002

Mais un jour, au détour d’une lecture, le vieil artisan était tombé sur un article traitant de “l’obsolescence programmée”. Quel étonnant concept que de créer des produits avec une durée de vie presque connue à l’avance.

Il suffit par exemple d’insérer sciemment un composant électronique qui s’arrêtera au bout d’un nombre d’heures définies et il vous faut le remplacer, ou pire racheter un matériel.

Conte_001

Il était hors de question que le vieil artisan se retrouve bloqué en pleine tournée à cause de cette foutue “l’obsolescence programmée”.

Il renonça au GPS, les étoiles continueraient à le guider.

Conte_009

Il oublia le téléphone portable, il était plutôt d’une nature  taciturne et n’aimait pas bavarder sur son traineau. Et en plus, ses rennes avaient toujours quelque chose à lui raconter pour passer le temps entre deux cheminées.

conte_006

Il trouva futile l’idée de la tablette car sa mémoire toujours infaillible garantissait un service quasi impeccable depuis tant d’années.

conte_010

En fait, on ne sait pas si ça existe vraiment, l’obsolescence programmée ; parce qu’un constructeur n’a jamais avoué l’avoir mise en place dans ses produits.

Alors que le Père Noël, lui, on est sûr qu’il ne sera jamais obsolète :  de génération en génération, parents et enfants continuent à lui faire confiance pour trouver les souliers au pied de la cheminée…

conte_011

Le vieil artisan barbu renonça à changer quoi que soit.

conte_008

“Toujours à rêver” lui dit la Mère Noël, ….car comment imaginer que ce Grand Homme pouvait mener à bien sa Grande Œuvre sans qu’une épouse, forcément exceptionnelle, ne soit à ses côtés….

Autour du Tour

Il est toujours agréable de le rappeler (franchouillard que nous sommes), le Tour de France est le plus grand spectacle cycliste du monde.

TDF_001

La caravane publicitaire fait patienter jusqu’à ce que le peloton se présente sur les Champs-Elysées.

TDF_004

Une fois que le maillot jaune et ses poursuivants sont là, les regards se focalisent sur tous ces “survivants”. On peut les appeler comme ça après trois semaines aussi intenses.

TDF_006

TDF_005

TDF_007

Mais comme tous les spectacles, il y a ce qui se passe sur la scène, et, pour le Tour arrivant à Paris, ce qui passe à côté de la Seine.

TDF_009

TDF_021

Si on détourne les yeux des pavés, on se rend vite compte qu’une sacrée pagaille prend possession des lieux.

Et cela n’est pas sans risques…

TDF_018

Des bus énormes garés partout…TDF_008

Une nuée de paparazzis accrédités à la recherche de clichés royaux avec tous ses As de la Petite Reine…

TDF_010

TDF_011_Jens_Voigt

Des fontaines impassibles mais pas asséchées…

TDF_012

Un peloton de vélos impeccablement alignés…

TDF_013

TDF_014

Et quelques indices qui laisseraient à penser que boucler la Grande Boucle, ça se fête….

TDF_016TDF_015

On a parfois l’impression que c’est un joyeux bordel alors que tout est millimétré, comme la distance qui sépare les coureurs lors d’un sprint.

TDF_017

La preuve avec la Patrouille de France à la verticale de la ligne d’arrivée à la seconde même où le peloton passe pour la première fois de l’après-midi !

TDF_020

Si ça, ce n’est pas de l’organisation !

Et pour conclure, un petit diaporama….

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

La météo des Météores

La Grèce, c’est Athènes et l’Acropole, les Cyclades et le soleil.

Athenes_001Athenes_002

Mais c’est aussi, dans le centre du pays, d’étranges pitons rocheux au sommet desquels ont poussé des monastères orthodoxes.

Les Météores ! Meteore94

Lorsque les orages y éclatent, Zeus nous rappelle qu’il habite dans le Ciel et qu’il est le maitre du temps météorologique. Attention à ne pas l’énerver !Meteore1

Le jour de notre arrivée, il finissait une grosse colère. Cela nous a permis de découvrir une bien jolie vue depuis notre chambre d’hôtel.

Meteore2

Heureusement, pendant le reste de notre séjour, Zeus redevenu zen nous épargnera…

Ces monastères sont encore habités par des prêtes ou des nonnes orthodoxes. Ce ne sont pas des musées mais des vrais lieux de vie. Certes monacale…

Meteore92Meteores_003

Si pour accéder, on s’amuse à compter les marches à gravir sur ces doigts de pied, il vaut mieux être un mille-pattes tant il y en a. Surtout en fin de journée.

Meteore4Meteore992

Mais le panorama vaut largement les efforts nécessaires : vues splendides, à-pic vertigineux, jardins fleuris et colorés et autres chapelles. Tout ça au sommet des pitons.

Meteore9Meteore5

Sans oublier que la sérénité qui s’en dégage appelle au recueillement.

Meteore6

Meteore993Meteore994

C’est probablement pour cela que nous croiserons beaucoup de pèlerins orthodoxes.

Meteore95

Le site est si spectaculaire qu’il a servi de décor à au moins deux films.

“On a volé la cuisse de Jupiter” avec Philippe Noiret et Annie Girardot cuisse_jupiter

et également “Rien que pour vos yeux”, James Bond avec Carole Bouquet en James Bond Girl partageant l’affiche avec une autre star française. Notre deudeuche  nationale !jbond

Si Zeus et la météo sont cléments, n’hésitez pas à découvrir les Météores.

Meteore990

 

Galerie de photos

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La Bande au Brésil

La Coupe du Monde de football, c’est pour bientôt et c’est au Brésil.

FRA-NOR_SDf2FRA-NOR_SDF3

L’Angleterre se vante d’avoir inventé ce sport, mais les Brésiliens en ont fait un art.

Alors en attendant de passer du temps en pleine nuit, décalage horaire oblige, devant  sa télé, une petite escapade au Stade de France a permis de se faire une idée de l’état de forme de l’équipe de France.

FRA-NOR_SDF1

La honte de 2010 infligée au maillot Bleu par une bande de pseudos grévistes, coincés dans un bus, a fait beaucoup de mal aux footeux de base dans mon genre.

 FRA-NOR_Evr1Déjà qu’aux yeux de certains courir après un ballon rond et avoir un cerveau ne va pas de paire, alors après les “exploits “ de la dernière Coupe du Monde…

FRA-NOR_CAB1

Malgré tout le plaisir d’aller voir “pour de vrai” un match reste intact.

FRA-NOR_GIR1

C’est tout le paradoxe du football : on adore y jouer ou le regarder mais les footballeurs actuels nous énervent. Bon, ils nous énervent un peu moins quand ils gagnent. On n’y peut pas grand-chose, on est comme ça : un tantinet chauvin mais on refuse de se l’avouer…

FRA-NOR_Matui1

Dans un SDF festif et coloré, nos petits coqs n’ont pas eu peur des Vikings Norvégiens qui sont repartis en se disant que leur ancêtres avaient eu plus de succès lors de leurs voyages en Drakkar.

FRA-NOR_GIR2

Il y a eu des buts, des ôlas, des applaudissements. De quoi passer une bonne soirée.

FRA-NOR_SDF5

FRA-NOR_Evr2

FRA-NOR_REM1

Pour mon neveu de sept ans, assistant à son premier match de foot, ce fût une soirée parfaite. Pour lui, les joueurs ressemblent peut-être encore à des super héros invincibles.

FRA-NOR_Ruf1

Surtout quand ils gagnent 4-0…

FRA-NOR_Sakh1

Il aura le temps de découvrir que même les super héros ont leurs faiblesses sur le terrain.

FRA-NOR_Valb1

Parfois aussi dans un bus et c’est fort heureusement plus rare.

J23 et 24 – 28 et 29 sept – EPILOGUE

Comme je dis souvent, la différence entre l’exil et les vacances, c’est que pour les vacances, il arrive un moment où il faut rentrer.

Nous consacrons notre dernière journée à visiter rapidement Red Rock Canyon, parc tout proche de Las Vegas que nous n’avions pas eu le temps de découvrir lors de nos voyages précédents.

J23-redrock0

Sympa et rougeoyant, comme son nom l’indique.

j23-redrock3

J23-RedRock1

Avec pas mal de monde aussi car nous sommes samedi.

j23-redrock2

Heureusement, cela ne trouble pas la quiétude des volatiles de toute sorte…

J23-RedRock6J23-RedRock4

Dimanche, jour du départ, nous rendons notre voiture en 5 mn avec 1969 miles parcourus.

Notre routing retour est assez simple : Las Vegas – Detroit – Paris.  L’heure et demi de correspondance, que nous aurons avant de repartir vers la France, suffira largement. Dans ce sens-là, l’immigration va toujours plus vite…

J23-VEgas1

Nous attendons tranquillement dans l’aéroport de Las Vegas l’heure d’embarquer pour Detroit.

j23-Vegas2

En vérifiant nonchalamment sur les écrans que la porte n’a pas changé, nous nous apercevons que notre avion est retardé et qu’il doit partir trois heures plus tard que l’heure prévue !

j23-Vegas6

TROIS heuresFou furieux !!! Impossible d’avoir notre correspondance pour Paris !

Nous nous précipitons au comptoir Delta Airlines pour savoir comment faire. Apparemment, nous ne sommes pas les seuls. L’employée qui s’occupera de nous réussira à nous recaser sur un Las Vegas – Salt Lake City – Paris.

j23-Vegas3

Ouf, nous pourrons être à notre boulot le lundi matin, comme prévu. Bon, nous aurions aimé prolonger notre séjour mais dans d’autres circonstances.

Le premier tronçon entre LV et SLC sera mouvementé car l’orage qui s’abat sur la cité mormone secoue pas mal l’appareil. Le vol vers Paris sera plus tranquille.

Et voilà, nous retrouvons notre beau pays de France avec, une nouvelle fois, la nostalgie de l’Ouest laissé derrière nous. Mais aussi avec tant de belles images incrustées dans nos  souvenirs, nos rétines ou encore nos cartes-mémoire.

j23-Vegas5

J22 – 27 Sept – The Diving Board

0-divingboard

Las  Vegas ! On commence à connaitre puisque nous y sommes allés à plusieurs reprises. Nous nous  y sommes même mariés en 2011, c’est dire si la ville est particulière pour nous…

J22-Vegas-21

J22-Vegas6

La veille, arrivés de Palm Springs, nous avons découvert notre hôtel : le Vdara.

J22-Vegas1J22-Vegas1-1

1ère particularité, pas de self parking. Il faut confier votre véhicule à un valet  qui se chargera de le ‘”ranger” quelque part.

2ème particularité, c’est un simple hôtel sans casino, un peu en retrait du Strip .

Simple, c’est une façon de parler parce que cette construction récente compte 1543 chambres.

J22-Vegas-4

Mais nous n’avons pas le sentiment de démesure que donne parfois les méga complexes de Sin City et comme il n’est pas nécessaire de traverser d’immenses salles  de jeux pour arriver à la réception, nous ne sommes pas saisis par la folie du jeu ! Enfin pas tout de suite…

J22-Vegas-3

Le programme de cette 22ème journée n’est pas très compliqué. Déambuler dans les casinos, se la couler douce en sirotant un petit cocktail devant les machines à sous.

J22-Vegas-Cp1

Tranquille….jusqu’au soir où nous avons un nouveau rendez-vous.

J22-Vegas-CP3

Souvenez-vous. A Beverly Hills, Elton John n’avait pas pu nous recevoir et nous avions trouvé portail clos. Cette fois, il sera exact au rendez-vous. C’est mieux comme ça  parce que les 3998 autres spectateurs du Colosseum au Caesars’ Palace n’auraient pas apprécié non plus.

J22-Vegas-Ej1

J22-Vegas-Ej2

La salle de spectacle est magnifique avec une scène immense.

J22-Vegas-Ej3

Faut dire que le tout a été construit spécialement pour Céline Dion. Elle prête gentiment son théâtre à Elton et il ne manquera pas de faire remarquer que nous sommes dans “the house of Céline”….

Le show sera à la hauteur de l’artiste et du lieu : impérial (on est chez César, non ?)

Impossible de tout décrire  mais comme il devrait être à Bercy en novembre avec ce spectacle, nous vous recommandons d’y aller ! Et d’acheter son dernier album : The Diving Board !

C’est juste pour faire plaisir à notre copain Elton.

Elton à LasVegas

J21 – 26 sept : Bagdad Café

0BagdadCafe

Le programme de la journée se dévoile dans le titre du film.

Nous sommes dans la dernière ligne droite de notre voyage. Au sens figuré comme au sens propre puisque le trajet de Palm Springs à  Las Vegas sera typiquement américain : pas beaucoup de virage sur la route !

Mais en cette douce matinée d’automne californien, nous prenons tranquillement notre petit déjeuner en appréciant le cadre de The Chase, notre hôtel .

J21-Palm1

Hier soir, après une journée dans la chaleur de Joshua Tree, le petit plongeon dans une piscine rien que pour nous, fût un pur bonheur !

J21-Palm2

Peut-être que nous reviendrons un jour à Palm Springs pour lui consacrer un peu plus de temps, on demandera à Leonardo Di Caprip de nous héberger dans sa “petite” maison…

J21-Palm3leo-old

Nous levons le  camp vers 9h30, guidés par notre GPS mais également par les conseils du manager de l’hôtel qui nous a indiqué par où passer pour emprunter un bout de la Mother Road, la route 66.

Avant d’y arriver, nous traversons 29Palms, une bourgade dont le seul attrait nous a semblé être son nom original et sa base militaire.

J21-Route5

J21-Palm4

Au bout de plusieurs miles d’ennui sur Amboy Road, alors que la route bifurque à gauche, nous tournons à droite afin de se renseigner dans un de ces cafés si typiques des USA.

J21-Route3

J’entre seul dans le Roy’s Motel & Cafe afin de demander si nous sommes loin de la route 66. Le patron (on imagine toujours que le type, seul derrière le bar, est le patron) me regarde un peu surpris par ma question et m’affirme que la Route 66 est bien celle qui passe devant.

Je comprendrais un peu mieux son étonnement lorsqu’une fois sorti du bar, je tomberai sur ça  :

J21-Route4

Ou comment se sentir stupide rétrospectivement….Je raconte l’anecdote à Brigitte qui me confirme mon ridicule !

Nous arrivons au Bagad Café et il est exactement tel que nous l’imaginions : au milieu de nulle part et quasi vide.

J21-BagdCaf3

Si vous n’êtes pas fan du film, y passer aura un intérêt très limité. Mais si comme nous, vous l’adorez n’hésitez pas à faire le détour.

J21-BagdCaf2J21-BagdCaf6

Nous pénétrons dans le café, où beaucoup de visiteurs ont laissé le signe de leur passage.

J21-BagdCaf4

Quelques mots échangés avec un sympathique couple d’Allemands terminant le voyage sur la Route 66 entrepris depuis son point de départ : Chicago. Et en plus, l’actrice principale du film habitait dans leur rue !

J21-BagdCaf7

J21-bagdadcaf9

Nous avons eu un peu de mal à croire le barman (patron ou pas) lorsqu’il nous a dit que des bus entiers de touristes français et allemands venaient chaque jour.

Tout était tellement vide autour de lui….jusqu’ à l’arrivée de deux bus de français….

J21-BagdCaf9

Il était temps pour nous de reprendre la route …

J21-BagdCaf8

Et c’est encore au bout d’une interminable ligne droite, où il nous faudra doubler un convoi d’une vingtaine de camping-cars “norvégiens”, que nous atteignons notre destination : Las Vegas.

J21-Tovegas1

J21-Tovegas2

Voilà un bien long résumé pour une journée où il y avait apparemment si peu à voir….et tant à redécouvrir !